Nous sommes actuellement le 21 Sep 2017, 21:22

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Les louveteaux et Nehiak [achevé]
MessagePublié: 20 Mars 2016, 14:24 
Jour 29 illumen fingelien 400 01:38
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 17 Déc 2014, 05:02
Message(s) : 421
Maggar et la louve:

Maggar ...c'est comme ça que l'avait nommé son père. Sa mère, il n'a jamais su qui c'était, comme tous les garçons de son peuple. Là où il vivait les jeunes garçons étaient à la charge de leurs pères. Les femmes vivaient à part, dans une autre moitié du village à laquelle les hommes n'avaient accès qu'une fois de temps en temps, quand le Conseil décidait qu'il fallait de nouveaux jeunes pour renouveler la population. Alors les 100 hommes les plus forts se voyaient attribués chacun trois femmes, triées en fonction de leurs aptitudes à l'obéissance et à la dextérité. L'homme devait féconder les trois femmes, après ça, il n'aurait plus l'occasion de les revoir. L'amour, tout comme le simple attachement sentimental, était proscrit dans son village, d'après le Conseil cela nuirait au travail, et donc à la civilisation naine qu'il représentait. À la naissance des nourrissons, les mâles étaient donnés à leurs pères, les femelles à leurs mères. Le père de Maggar ne fut sélectionné qu'une seule fois pour la reproduction, et il n'avait eu qu'un seul garçon.

Maggar se traduisait par "fils de Mag"...son père, Mag, n'avait pas été chercher bien loin le prénom de son fils. Depuis les plus anciens souvenirs de Maggar, Mag avait toujours été un vieil homme dur, silencieux, et aigri. Ce n'était pas un homme à négocier, Maggar devait travailler, se taire, et obéir. Maggar n'avait pas eu une mauvaise enfance car chez lui l'enfance était à peu près la même pour tous. La vie des adultes n'était guère plus joyeuse...ils travaillaient ou chassaient en période de paix, ils partaient se battre en période de guerre, et leur seule distraction était le Clams-Yaga, un jeu un peu similaire aux échecs avec un système de mises de pièces d'argent ou d'or.

Le peuple de Maggar haïssait tout ce qu'il ne connaissait pas, et par dessus tout les autres peuples et leurs coutumes. Il était formellement interdit de côtoyer, d'échanger, ou même simplement de parler à toute personne qui n'était pas du village et du même sexe. Maggar profitait de ses nuit pour découvrir le monde aux alentours de son village. Dès que Mag s'endormait, il passait alors par la petite fenêtre de sa chambre et partait dans la forêt où il passait son temps à observer les animaux. C'est lors d'une de ces nombreuses escapade nocturne, qu'il découvrit une grotte. Il passa plusieurs nuit à se perdre dans les dédales sombres et humides de la caverne jusqu'à tomber nez à nez devant une louve majestueuse. Celle ci montra de tels crocs qu'il cru que cette nuit serait sa dernière. Quand il voulu reculer il vit la louve tenter de sauter sur lui et s'effondrer lourdement, tombant à ses pieds, dans un gémissement qui parvint à susciter plus de pitié en lui que de peur. Il la voyait à terre, grognant de toutes ses dents. Très rapidement il a vu la plaie béante qui rendait la louve si faible. Elle était ouverte du bas du cou jusqu'à la queue...le type de blessure infligées par un coup de hache mal placé. Probablement un chasseur de son village qui s'y était mal prit. La plaie saignait abondamment. Il tenta de s'approcher mais la louve usait ses dernières forces à essayer de le mordre. Il sortit de sa poche le bout de pain et de viande séchée qu'il avait récupéré lors de son dîner. Il en coupa un bout et le essaya de le donner à la louve qui manifestement n'en voulait pas, mais qui au fur et à mesure de ses tentatives se laissait approcher sans plus lui montrer les dents. Il pu au bout de nombreuses tentatives mettre sa main devant la truffe de la louve qui le renifla et fini par se laisser caresser. Il observa la blessure de la bête, mais il ne pouvait rien faire. Il posa la nourriture restante à côté de la louve, et repartit, se promettant de revenir le soir suivant avec de quoi la soigner.


La découverte de Zouquo et Kahïen:

La journée était particulièrement chaude, le travail à la mine semblait interminable à Maggar. Quand la pause de la journée sonna, Maggar prétexta ne pas se sentir bien. "Je vais aller profiter de ma pause dehors, j'ai besoin de prendre l'air" dit - il a Fulio, le chef de la mine. "Soit...prend ta ration de pain et de viande, et soit de retour dans 20 minutes...je ne tolérerai pas de retard". Aussitôt sorti de la mine Maggar couru aussi vite que possible vers le potager du village - à cette heure là les maraîchers étaient en pause aussi - pour y cueillir quelques herbes médicinales, ainsi que vers la rivière pour ramasser un peu d'argile jaune. Il déposa son butin ainsi que son déjeuner dans un foulard qu'il enterra vers l'orée de la forêt. Il couru aussi vite que possible pour rejoindre son poste à temps. "Fulio, me voilà, je suis prêt à reprendre mon travail". Ce dernier lui répondit d'une voix qui tenait plus du grognement qu'à la parole "Bien. Allée 3, tu es au charbon cet après midi".

L'après midi passa péniblement. Maggar détestait son travail, mais il avait conscience de l'importance de la récolte des matières premières. Quand enfin sonna la fin de la journée, il alla chercher sa ration du soir, et rentra chez lui. Comme tous les soirs, Mag n'était pas là. Il était à la taverne pour jouer sa paye de la journée au Clams-Yaga. Maggar se mit dans son lit et attendit d'entendre son géniteur rentrer, ivre comme tous les soir. Il ne fallut pas beaucoup attendre avant d'entendre les ronflements de Mag qui venait de s'effondrer sur son lit. Maggar sortit de sa couverture, enfila ses chaussures et ouvrit la fenêtre de sa chambre. Il fit aussi vite que ses jambes lui permettaient pour rejoindre l'orée de la forêt, déterrer son baluchon, et foncer à la grotte. Il profita du trajet pour mélanger l'argile et les herbes afin de préparer un cataplasme pour la louve. La caverne était aussi sombre et humide que d'habitude, mais il réussi à errer dans les dédales sans se perdre ni glisser, et retrouva la louve sans problèmes. Il arrivait trop tard...celle ci n'avait pas passé la journée. Il se retrouva face au corps inerte de cette magnifique bête. Elle qui hier semblait si dangereuse, paraissait à présent endormie et sereine. Son corps n'était pas encore tout à fait froid... il avait du arriver seulement quelques minutes, tout au plus une heure, trop tard. Cette pensée le fit fondre en larmes sans qu'il ne puisse le contrôler. Une fois calmé, il commença à creuser pour enterrer la louve. Il traînât le corps dans le trou du mieux qu'il pu, mais le corps était terriblement lourd. C'est seulement quand il finissait de recouvrir le corps de terre gu'il entendu des gémissements. D'abord effrayé, il se préparait à s'enfuir, mais le silence revient. Il observa autour de lui, et vit quelque chose se mouvoir dans la pénombre. Une chose petite...puis un nouveau gémissement. Il prit sa torche et s'approcha doucement. Il découvrit deux louveteaux, très faibles. Il sorti la ration de pain et de viande séchée de sa poche qu'il avait gardé à l'origine pour la louve et la répartit en deux parts égales. Il en donna une moitié à chaque louveteaux qui dévorèrent leurs parts rapidement. Il les nomma Zouquo et Kaïhen. Zouquo voulait dire "agile", car ce petit loup avait l'air bien plus adroit que son frère. Quant à Kahïen, cela signifiait "téméraire", car quand Zouquo semblait être méfiant, c'était Kahïen qui passait devant pour aller voir.

Ému par les deux louveteaux orphelins, Maggar commença à venir les voir tous les soirs leurs apporter sa ration de midi. Assez vite les louveteaux grandirent un peu, et commençaient à chasser quelques petites proies qu'ils avaient sous la dents..des rats, des lapins... Maggar ne comprenait pas comment ils avaient appris tout seul, mais c'était beau de les voir grandir avec un si mauvais départ dans la vie. Au fur et à mesure des semaines, les petits loups semblaient s'être autant attaché à lui, que lui à eux. Tous les soirs il venait, et tous les trois ensemble jouaient jusqu'à être trop fatigués. Puis Maggar s'endormait contre eux, se réveillait à l'aube et se dépêchait de rentrer chez lui avant l'éveil de Mag.

C'était un soir particulièrement froid ce soir là...Maggar se faufilait dans les dédales de la caverne qu'il connaissait maintenant par coeur. Quand il aperçu Kahïen, il se précipita vers lui pour jouer...Kahïen adorait ces entrées en matière. Seulement, arrivé à 2 ou 3 mètres de Kahïen, Maggar se retrouva face à face avec une énorme gueule avec d'énormes crocs...

La rencontre avec Nerima:

Malgré l'odeur pestilentielle qu'elle dégageait, Maggar comprit immédiatement qui était celle qui venait de s'interposer entre lui et Kahïen. C'était la louve, la mère des petits...elle était là, devant lui, comme vivante. Elle sentait la charogne, ses chairs étaient rongées, la plaie toujours aussi grande...Maggar ne comprenait pas, il était terrifié. Et pourquoi elle voudrait l'attaquer? Si Kahïen et Zouquo n'étaient pas venu faire la fête à Maggar, la louve l'aurait tué sans hésiter. Mais à peine les deux petits loups avaient ils sauter sur Maggar que la louve retomba, inerte, comme elle était censée l'être depuis plusieurs semaines. Maggar serra les loups contre lui...autant pour les remercier que pour s'assurer que tout ça était bien réel. Il ne comprenait pas ...il était terrifié. Il devait encore être blanc de peur quand une petite voix se fit entendre. "C'est donc toi qui les as nourri?". Maggar sursauta comme il n'avait jamais sursauté... ce qui fit rire la jeune fille à l'origine de la voix qui, sortant doucement de l'ombre s'approchait vers lui. "Je me prénomme Nerima, qui es tu? Comment tu te nommes?"

Il fallu un moment à Maggar avant de réussir à aligner des phrases, mais la jeune fille n'avait pas l'air méchante. C'était une Kultare. Il n'en avait jamais vu avant, mais il le savait à sa taille. Les Kultars étaient cruels, et violents, lui avait on appri toute sa vie. Mais elle n'avait l'air ni cruelle, ni méchante. Il discutèrent toute la nuit. Maggar raconta comment il avait trouvé les louveteaux, et comment il s'était occupé d'eux. Elle lui expliqua qu'elle les avait découvert il y a quelques temps déjà. Elle avait bien vu que quelqu'un leurs donnait à manger, mais n'avait jamais su qui. Puis les petits devaient apprendre à se débrouiller...elle avait fait revivre la mère des louveteaux pour leurs apprendre à chasser. Maggar trouvait cette idée horrible, mais il devait admettre que ça avait plutôt bien marché. Cette nuit là, il ne s'endormit pas contre les louveteaux, il discuta toute la nuit avec Nerima. L'aube commençait à se lever. Ils se mirent d'accord pour revenir aux mêmes heures se retrouver ici, et Nerima promis à Maggar que plus jamais elle ne pratiquerait la nécromancie devant lui. Il lui en fut reconnaissant...en échange, il lui apprendrait à faire des cataplasmes comme celui qu'il voulait appliquer à la louve avant de la retrouver morte.

Puis un petit rituel s'installa. Nerima et Maggar avait prit l'habitude de se rejoindre tous les soirs et se quitter à l'aube. Ils avaient à peu près le même âge et avaient beaucoup à apprendre l'un de l'autre. Chaque nuits étaient faites de longues discutions sur les coutumes de leurs peuples respectifs, de rigolades, et bien entendu de jeux avec Zouquo et Kahïen. Il en a été ainsi pendant quelques mois... les louveteaux n'étaient pas adultes, mais commençaient déjà à grandir. Maggar aimait ces moments là ... il appréciait particulièrement d'avoir une vie en dehors de la routine laborieuse de son village.

La fin d'une histoire, de Maggar à Nehiak:

La nuit était claire, et les températures devenaient agréables quand Maggar rejoignit Nerima ce soir là. Ils s'installèrent avec les loups et commencèrent à parler quand un cri surgit du fond de la caverne "JE LE SAVAIS!!! C'EST DONC À CA QUE TU PASSES TES NUITS?!". Maggar reconnu la voix de Mag instantanément. Il savait que son père pouvait être violent, il se mit donc par réflexe face à son père, de sorte à faire barrière et garder Nerima et les loups dans son dos. Il tenta d'expliquer à Mag toute l'histoire depuis le début mais ce dernier n'en fut encore que plus en colère. Mag attrapa la hache qu'il avait dans le dos, et d'une main puissante écarta violemment Maggar qui s'effondra contre la paroi. Le temps que Maggar se relève, il eu juste le temps de voir la hache de son père s'écraser sur Kahïen qui mourut dans un gémissement sec. Maggar vu Zouquo et Nerima, et comprit qu'ils allaient subir le même sort. Il se releva aussi vite qu'il pu, et de toutes ses forces se jeta sur Mag lui faisant perdre l'équilibre. "FUYONS" cria t'il. Nerima parti à toute allure, suivie de Zouquo et Maggar. Ils coururent longuement, jusqu'à ressortir de la caverne et purent semer Mag. Le danger écarté, Maggar pleura toutes les larmes de son corps, tout comme Nerima. Le gémissement de Kahïen resterai dans leurs mémoire toute leurs vies. Maggar regarda Nerima et lui dit "Toi, ton peuple comprendra. Prends Zouquo avec toi, occupes toi de lui. Promet moi que tu t'occuperas de lui" "Bien sur je m'occuperai de lui, mais qu'est ce que tu vas faire toi?" "Je vais partir, je ne peux pas rester ici, je trouverai bien...au-revoir Nerima, au-revoir Zouquo". Il n'attendit pas la réponse de Nerima, il n'eut pas la force ni de la prendre dans ses bras, ni même d'accorder un dernier câlin à Zouquo. Il se retourna et parti en courant. Il couru longtemps, loin, jusqu'à voir le jour se lever. Il continua à marcher toute la journée avant de s'effondrer de fatigue, une fois la nuit tombée. Il trouva un abris un peu en hauteur, sur une crête rocheuse en dessous d'un immense pin bleu.

Pendant les semaines qui suivirent, Maggar parcouru de nombreux villages, errant partout ou ses pieds le menaient, sans but précis. Il chassait pour se nourrir et revendait les peaux pour avoir quelques pièces d'or. Il se mit à traîner dans les tavernes, et à rencontrer des gens de tous les peuples. Depuis ce jour il ne voulais plus s'appeler Maggar. Il n'était plus le fils de Mag. Il se faisait appeler Nehiak, en hommage à Kahïen. Il bourlingua comme ça pendant plusieurs mois, puis entendit une rumeur. Un nouveau monde, Draïa. Là bas, il fallait parait il se liguer entre peuples pour lutter contre un ennemi commun. La bas, tout le monde avait sa place... C'était décidé...dès qu'il pourrait, Nehiak prendrait le bateau pour Draïa !

_________________
Gardien de la Tradition, Forgeron


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr