Nous sommes actuellement le 24 Nov 2017, 02:17

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Saeraun [achevé]
MessagePublié: 13 Mai 2011, 18:52 
Jour 30 archeno fingelien 381 05:36
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 13 Mai 2011, 18:36
Message(s) : 11
Cet être naquît.
      De sa race lui fut promit une mort lointaine qu'il n'avait à craindre comme une fin et un néant.
Il grandit parmi les arbres des forêts et les lits des rivières qu'il aimait. Son coeur grandissait au fur et à mesure qu'il s'emplissait de musique et de poésie. Les siens le couvaient, et nul cauchemar ne troublait son sommeil.

    Lorsqu'il atteint l'âge adulte, les siens le nommèrent et le bannirent. Cela fut fait avec joie et tristesse. Un siècle passerait sans que l'être ne puisse réentendre le chant des elfes.

Son initiation commença.

      Avide était-il, de sagesse. Ses pas le menèrent loin. Il gravit des montagnes et dormit dans leurs vallons.
                                        Sa pensée volait comme un aigle.

Le mouvement jamais ne le quitta. En lui riait : la volonté. Humble mais fort, avec cette amie il luttait la vie avec joie.
        Mais un jour les larmes de ses tristesses et les torrents de sa solitude le noyèrent jusqu'à une nouvelle cime. Le soleil le brûla. Il regarda au bas de la
montagne et il vit des peuples.

Son bras devint nu. Il alla à eux et parla.
    Des peuples gais il apprit la vie, des peuples graves la parole, des peuples tristes le chant, et des peuples morts il su entendre le murmure.


Il aimait auprès d'eux vivre la paix et l'esprit. Il se lia d'amitié profonde avec les peuples bleus du désert. Il connaissait peu les Hommes et n'aspirait pas encore à leur mortalité. Il aimait sentir l'éternité et rêver, et combattre le monde.

Une nuit vint où il marchait pour rejoindre les siens. Il rêvait et sentait le monde en fermant les yeux. Son pied tomba dans la gueule brûlée d'un cadavre.
                Cela le brûla.
Un champ de morts. Le vent tourna. Il sentit la putréfaction. Des Hommes massacrés gisaient sur la plaine nocturne. La pleine lune les berçait. Plusieurs centaines. Des débris de planches brûlées, les animaux éventrés, comme les femmes.
        L'être reconnut les éclats d'une lame brisée : Une lame des cousins noirs de sa race.





          Il se perdit.






Un soleil se leva, où ses pas le guidèrent vers les petits hommes bruns. Ils lui réapprirent la joie. Il comprit comment utiliser sa voix et sa musique.
Sa lyre chanta, traversant les terres. Les combattants le rencontrèrent. Les guerriers. Il se battit avec joie et riait sur eux, pour eux.
    Les ans passèrent. Il oublia les siens, et aimait se battre.


Il quitta les peuples guerriers. Un rêve lui était revenu. Il voulut connaître la mort.
      Un siècle passa t-il auprès des Hommes. Il apprit et vit beaucoup. Turbulents.

Il fut blessé à la jambe par un voleur. Le voleur fut tué par la loi. La blessure fut soignée par des femmes.
Il connut leurs charmes.
Il aima l'une d'elles et vécut auprès des grands qui l'aimaient. Il savait qu'il allait vers l'ombre, mais son mariage fut béni, et l'idée des siens lui revint.



        Il oublia la mort à ses côtés.




        Il n'eut pas le temps.





Deux enfants eut-il.
      Puis sa femme devint malade de l'esprit. Il voulait le bonheur.
                            Elle essaya de le tuer.


Elle échoua et se tua. Il fut envoyé en prison.


Ses enfants furent rejetés au loin.

Il fut condamné et on l'enferma. Il ne résista pas et connut le malheur. Il n'utilisa pas sa magie ni ses chants, il accepta le temps et voulut attendre la mort.


        Elle ne vint pas.


Les ans passèrent, une lumière noire se leva. Les prisons étaient pleines, il fallait de la place.
Ils durent construire leur propre navire. Petit et fragile.
      Un mage les jeta sur les eaux vers un continent de la mort. L'être ne résista pas.
      Les hommes se tuèrent entre eux et ne moururent pas de faim car il y avait beaucoup de corps.

L'être eut faim et soigna les maladies des plus justes.


Sa magie leur fit traverser les tempêtes ; les montagnes de la terre émergèrent sur l'horizon,
                                  Et une vague puissante l'engloutit vers les landes éternelles...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr